Pour que Danube gazouille

Agir face au déclin « vertigineux » des oiseaux des campagnes françaises.


Dans un communiqué publié le 20 mars 2018, le CNRS et le Muséum national d'Histoire naturelle déclarent que « ce déclin atteint un niveau proche de la catastrophe écologique ».

Comme sur le reste du territoire, les chiffres régionaux sont inquiétants. Selon les données de la LPO, l’indicateur global des oiseaux liés aux milieux bâtis a diminué de 18,2 % entre 2005 et 2015.

Les raisons sont multiples

Les modifications de l’habitat font partie des plus importantes. Certaines espèces utilisent les bâtiments comme site de nidification et la modernisation ne le leur permet plus.

D’autres espèces recherchent leur nourriture à proximité des habitations et souffrent de l’homogénéisation des espaces qui laisse peu de place au développement des insectes et graminées.

L’indicateur global des oiseaux liés aux milieux agricoles a diminué de 16,4% entre 2005 et 2015. Les principales causes de cette diminution sont l’intensification de l’agriculture, la disparition des prairies et des haies et l’utilisation d’engrais et pesticides. La disparition massive d'insectes a été mise en évidence en Allemagne dans une étude parue en octobre 2017.

Des mesures de protection des espèces menacées sont en cours.

La ville et l’Eurométropole de Strasbourg se sont engagées dans un programme d'abandon de l'usage des pesticides pour l'entretien de l'ensemble des espaces publics à partir de 2011.


La collectivité a le souci de maintenir des trames verte et bleue. Des corridors écologiques où circule la biodiversité. L’écoquartier Danube est le maillon entre la Citadelle et Neudorf Nord.

Malgré la configuration actuelle du quartier, un chantier avec peu de verdure, on y observe la présence de divers oiseaux plus ou moins rares : corneille grise, canard colvert, pigeon, mésange, merle, rouge gorge, rouge queue, chardonneret…

L’action est possible à différentes échelles

Dans chaque coin ou recoin du quartier peuvent être préservés des espaces aménagés de façon naturelle. 

Les gazons peuvent être remplacés par la prairie fleurie.

Des haies avec des essences locales variées peuvent être installées. 



Des arbres et arbustes sont indispensables. Les plantes grimpantes et façades végétalisées limitent l’emprise au sol.

On peut encore réaliser une coupe de gazon haute et limiter la taille des arbres et arbustes, réguler les espèces invasives (arbre à papillons…). Et surtout installer des nichoirs, hôtels à insectes et abris à hérissons…

Interpellée par le sujet, une animatrice de l'EHPAD Danube a décidé d'axer une série d'interventions sur la protection des oiseaux locaux.

L’écoquartier doit être à la hauteur des ambitions affichées dans le projet de 2008. Pour un quartier qui participe au bien commun, où il fait bon vivre, avec les oiseaux !