Du bois pour chauffer l’écoquartier

La nouvelle centrale biomasse du port Rhin fournit en chaleur l’écoquartier Danube, qui abritera environ 2500 habitants en 2020.


L'écoquartier Danube, situé dans le nord-est de l’Eurométropole de Strasbourg, est raccordé au chauffage urbain de l'Esplanade.

Ce réseau est approvisionné majoritairement en bois par la nouvelle centrale du Port du Rhin mise en service en décembre 2016.

Un projet porté à l’origine en 2011 par la société privée Dalkia, qui était resté dans les cartons pendant cinq ans.

Des incertitudes sur le coût de cette énergie, avaient suscité méfiance et opposition des habitants de l’Esplanade. Les associations ARES et ASERE avaient déposé un recours au Tribunal administratif.

Après une période de latence, le changement d’opérateur a été validé en avril 2015.

La réalisation de l’équipement a été portée par le Groupe Électricité de Strasbourg (ES), qui a investi 42 millions d’euros.

Une TVA réduite à 5,5 % devrait faire baisser la facture d’énergie des habitants des quartiers concernés.

Un maillage des réseaux privilégiant les énergies renouvelables

Cette centrale de cogénération produit à la fois de l’électricité et de la chaleur. Le site fonctionne toute l’année 24h/24 et emploie 15 personnes.

Cette installation permet d’injecter dans le réseau public de distribution 70 000 MWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation de 14000 logements, ainsi que 112000 MWh de chaleur, ce qui représente la consommation de 10000 logements.

Ce réseau couvre 70 % des besoins en chauffage du quartier de l’Esplanade, université comprise, et 20 % de ceux de l’Elsau, ainsi que certains quartiers du secteur des Deux-Rives.

Une construction qui s’inscrit dans la politique de transition énergétique conduite par l’Eurométropole cherchant à réduire la dépendance aux énergies fossiles.

Du bois local
L’installation consomme environ 113000 tonnes de bois par an, en provenance des forêts locales : les Vosges et la Forêt Noire, en principe dans un rayon de cent kilomètres autour de Strasbourg.

Des ressources sous forme de grumes et plaquettes forestières, qui proviennent à 50 % d’Allemagne, à 35 % d’Alsace et 15 % de Lorraine.

Cette chaudière à bois évitera l’émission de 40000 tonnes d’émissions CO2/an.

Danube, un quartier économe en énergie
L’écoquartier Danube souhaite proposer des solutions multi-énergies privilégiant l’utilisation d’énergies renouvelables.

Les bâtiments seront au minimum Basse Consommation ou passifs ou à énergie positive comme la Tour Elithis et l’«îlot à énergie positive».

Certaines constructions utiliseront du bois, des isolants naturels comme la paille, des matériaux recyclés. Les bâtiments du quartier répondent à la norme d’isolation thermique RT 2012.

La chaufferie biomasse limite le recours aux énergies fossiles. Un bon choix pour un écoquartier, même sobre en énergie.

Où stationner dans l'écoquartier ?

Repenser la place de la voiture dans les déplacements du quotidien au sein de l'écoquartier et envisager un mode de stationnement innovant.

La conception de l’écoquartier Danube répond à deux objectifs en termes de mobilité et stationnement.

1. libérer l’espace public des voitures pour le rendre plus sûr, confortable et disponible pour d’autres usages,             
2. réduire le nombre de voitures en ville et orienter les nouveaux habitants vers des modes de déplacements alternatifs.         

L’ensemble des rues du quartier sera traité en « zone de rencontre », ce qui permet d’assurer une cohabitation entre les différents modes de déplacement.

Le principe de cette zone repose sur trois critères :

> Le libre accès des voies carrossables aux véhicules motorisés.
> La limitation de la vitesse à 20 km/h.
> La priorité donnée au piéton sur tous les autres modes et ce, de manière permanente.

A terme, aucun stationnement sur chaussée ne sera possible sauf pour les véhicules en auto partage (4/5 places) et pour les personnes à mobilité réduite (une place répartie dans chaque voie).

Des aires de livraison ou de dépose minute seront aménagées sur certains axes, à proximité des commerces.                   

Deux grands parkings totalisant 466 places sont présents aux deux entrées du quartier :   

- Rue Edmond Michelet, 128 places sont mises à la disposition depuis février 2017, des habitants et des professionnels travaillant dans le quartier.

- Rue Alfred Kastler, 338 places sont en cours de construction.

Ce parking sera mis en service début 2019. Il permettra d’accueillir aussi les « visiteurs » extérieurs.

Le regroupement des places de stationnement du quartier dans ces deux parkings permet de limiter l’impact qu’aurait créé un parking dans chaque programme immobilier : circulation des voitures au sein du quartier, consommation d’espaces dédiés (rampes d’accès...), coût de gestion, etc.               



Ces parkings sont des équipements collectifs du quartier. L’association syndicale des résidents du quartier Danube en est propriétaire et en assurera la gestion. Ainsi les habitants du quartier ne sont pas directement propriétaires d’une place privée mais peuvent avoir accès aux parkings grâce à un abonnement mensuel.

Par ce biais, il est possible d’optimiser le nombre total de places en les partageant de manière alternative entre les usagers en journée (professionnels, visiteurs) et en soirée et le week-end (habitants).

Dans la période de travaux actuelle, des espaces libres permettent encore de trouver des possibilités de stationner en bordure de voie ou sur des terrains non construits.

Ces espaces seront progressivement fermés d’ici la fin de l’année pour permettre la poursuite de l’aménagement du quartier.            

Des solutions de stationnement ponctuelles (visiteurs notamment) ou de longue durée peuvent être trouvées soit dans le parking du quartier situé rue Edmond Michelet, soit dans les parkings P1 et P2 du centre commercial RIVETOILE situés à moins de 400m du quartier.

Les personnes intéressées peuvent contacter l’exploitant de cet ensemble de parking, la société CEGIP au 03.90.22.90.00 mail : cegipparking@cegip-immo.eu

Chantier

" Le gros-œuvre a débuté au mois de juin et depuis le bébé grandit à vue d’œil. Les réunions de chantier permettent de rencontrer les ouvriers des différents corps de métier; ils ne sont plus des étrangers pour moi. Je sais qui a monté mon mur de cuisine. Le bâti acquiert une âme. C’est notre cathédrale à nous "
Edithe

Vers un monde sans déchet !

La semaine européenne de la réduction des déchets a eu lieu du 18 au 26 novembre 2017. Initiée par l’Union Européenne, elle s’est concrétisée par des centaines d’événements dans notre région et 12.000 en Europe.

Son but est de faire comprendre la nécessité de réduire nos déchets : emballages, épaves, restes alimentaires, etc… Dans les quartiers et les villages, des associations donnent des astuces pour la maison, au bureau ou à l’école.

Les enfants, champions de l’éco-créativité

Chaque année, des prix sont remis aux porteurs de projet ayant mis en place les actions les plus remarquables.

En 2016, par exemple, des actions qui font appel à la créativité des enfants ont été sélectionnées : ils ont été capables de donner une deuxième vie à des déchets tels que des vieux papiers ou des sachets de thé usagés…

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

La prévention des déchets c’est agir pour ne pas en produire.  En consommant mieux : consommation de produits peu emballés, écolabellisés. En prolongeant la durée de vie des produits : réparation et don. En jetant moins : compost, recyclage.

Le déchet, c’est l’ennemi

Jean Yanne, célèbre humoriste, disait « tout le monde veut sauver la planète, mais personne veut descendre la poubelle ». En réalité nous sommes la seule espèce vivante à produire des poubelles.

Végétaux et animaux utilisent et se nourrissent de la totalité de leurs rejets. Les nôtres sont inexploitables. Pire, ils nous empoisonnent.
Chaque fois que nous jetons sans réutiliser, nous scions un peu plus la branche sur laquelle nous sommes assis.

Nous et nos enfants devons maintenant avoir le courage de renoncer à un mode de vie facile qui est en train de nous tuer. Et en inventer un autre, heureux et responsable.

Pour freiner la course folle à la destruction de notre planète.

La liste des événements se trouve sur ce site internet : http://www.serd.ademe.fr

Les actions primées lors des éditions précédentes, avec fiches de présentation (en anglais) :
http://www.ewwr.eu/fr/ideas/awards

Pour aller plus loin dans sa démarche personnelle :
http://www.casuffitlegachis.fr/

Visite du bus " Mon Appart'Eco Malin "

Des astuces pour apprendre à mieux gérer sa consommation d'énergie.

A l’initiative du bailleur social Batigère, le bus pédagogique « Mon Appart'Eco-Malin » a fait escale au sein de l'écoquartier Danube à Strasbourg du 16 au 20 octobre dernier.

Ce bus, transformé en appartement mobile, qui parcourt l’Alsace afin d’informer et éduquer aux éco-gestes, qui font du bien à la planète et aident à alléger les factures d’énergie.

Il s’est installé pendant quelques jours au pied de la résidence le Belvéd'air, rue Rosa Bonheur, juste à côté de la boutique L'Ère Végane.

A bord, des astuces et conseils simples du quotidien à réaliser chez soi pour apprendre à maîtriser sa consommation d’énergie.

Des bons réflexes à adopter pour devenir écoresponsable. Comme par exemple mettre un couvercle sur la casserole ou penser à éteindre la lumière quand on quitte une pièce, etc.

Les petits écogestes, qui peuvent nous permettre de faire des économies sur le long terme.

Une cinquantaine d'habitants a fait la visite, à l'issue de laquelle l'Ère Végane offrait un thé glacé.

A l'abord'Arche !

L'Arche et tous les membres que compte son équipage ont embarqué à bord de leur "bateau", c'est officiel !                       

Le jeudi 9 novembre, du monde était attendu au sein des deux maisons de l'Arche à Strasbourg. Elles ont ouvert leurs portes pour leur inauguration, un moment important et attendu.                                

A cette occasion, des représentants du Conseil départemental et de l'Eurométropole de Strasbourg, Monsieur Bierry et Monsieur Ries, ont fait acte de présence, soutenant la création de cette communauté de l'Arche qui fait maintenant partie de l'écoquartier Danube.                       

Plusieurs discours ont animé la soirée au fil d'un sketch à thème marin, réalisé par les nouveaux habitants des deux maisons : des personnes ayant un handicap mental et leurs accompagnateurs.

L'animation était retransmise en direct en vidéo dans la maison d'à côté, tant les locaux étaient remplis de joli monde !                         

Les applaudissements ont fusé lorsqu'est venu l'heure pour Monsieur le Maire et Monsieur Bierry de couper les rubans, signe du départ "en mer" pour l'Arche de Strasbourg.             

Des sourires radieux ont marqué les visages de chacun, tous ravis de la concrétisation de ce beau projet qui devient enfin, officiellement une réalité.

Nous sommes donc fiers d'avoir suscité autant d'attention durant cette soirée, et remercions encore et encore tous ceux qui ont rendu ce projet possible.                      

Larguez les amarres, l'Aventure de l'Arche à Strasbourg commence !

Des chauves-souris sont présentes sur notre écoquartier. Des animaux fabuleux.

Rarement un animal s’est vu affublé d’autant de fantasmes et de peurs. La réalité est toute autre… Il y a entre 1000 et 1200 espèces de chauves-souris, près du quart des espèces de mammifères recensés dans le monde. Environ 34 espèces vivent en France.

Elles ne construisent pas de nids, mais elles ont besoin d’abris, souvent constitués par des trous dans les arbres ou dans les bâtiments. Là, où elle s’installe elle ne crée pas de dégâts, elle ne transporte pas de matériaux. Enfin, son urine et son guano ne sont pas porteurs de maladies.

Les chauve-souris françaises sont exclusivement insectivores. Certaines consomment jusqu’à 2000 moustiques par jour.

Elles sont totalement inoffensives pour l’homme.

De nos jours, de multiples facteurs menacent les populations de chauves-souris :

- la disparition de leur habitat : rénovation des bâtiments, destruction de hangars, de vieux bâtiments, abattage des grands et vieux arbres,
- la transformation de leurs zones de chasse et de vol,
- la disparition des prairies, destruction des haies, disparition de zones humides, des zones boisées, artificialisation des cours d’eau…
- les dérangements durant les périodes d’hibernation et de reproduction,
- l’utilisation de produits phytosanitaires : en agriculture et lors des travaux domestiques.

Que faire pour remédier à ce déclin des chauves-souris ?

  • lors de travaux de rénovation de maison, prendre en compte la potentielle présence de chauve-souris,
  • utiliser des produits non toxiques pour le traitement des charpentes, des boiseries
  • créer ou conserver quelques cavités dans les murs, lors de la construction et de la rénovation
  • préserver l’accès aux combles et aux caves,
  • installer des nichoirs artificiels,
  • encourager le maintien des haies, en replanter,
  • favoriser le maintien des vieux arbres sous réserve de la préservation de la sécurité,
  • limiter l'emploi des pesticides en agriculture et,
  • favoriser les arbres têtards.

Brèves

    En quelques lignes, quoi de neuf à l'écoquartier ?

  • La résidence Le Belved'Air, rue Rosa Bonheur, a été inaugurée par Roland Ries le 20 octobre à la mi-journée. La réception s'est tenue sur la terrasse partagée où un buffet a été servi par L’Ère Végane.

  • Les deux maisons de l'Arche ont été inaugurées en grande pompe jeudi 9 novembre à 17h. Beaucoup de monde avait fait le déplacement (lire plus loin).
 
  • Les membres du collectif Danube ont élaboré à l'aide d'une graphiste le nouveau logo de l'écoquartier. On y retrouve 2 composantes majeures : la (future) végétation et la présence de l'eau.
 
  • L'Eurométropole de Strasbourg lance pour la 10è année le défi des Familles à énergie positive en lien avec Alter Alsace Énergie et la Chambre de Consommation d'Alsace. Saurez-vous réduire d'au moins 8 % vos consommations d'énergie ?
    www.familles-a-energie-positive.fr.
 
  • La première station d'autopartage Citiz de l'écoquartier va ouvrir avec 2 voitures début 2018 à l'angle des  rues de l'Elbe et Lévinas.
 
  • Le jardin partagé, à l'angle de la rue de l'Elbe et du passage de la Gosseline, vous attend tous les samedis de 11h à 12h. Le 9 décembre, apéro des jardiniers ouvert à tous. Possibilité d'apporter quelque chose à partager. Reprise des travaux fin février.
 
  • Le conteneur à verre pour le recyclage est, pour l'instant, situé au pied de la tour Elithis côté est.